Mashrou3i

News

Hayfa Khalfaoui, le succès d’une jeune agriculture de Jendouba

juin 24, 2020

Jeune ingénieure en informatique, à 28 ans et dans l’air du temps, rien ne destinait Hayfa Khalfaoui à devenir agricultrice. Pourtant, à la suite de son diplôme, elle intègre en 2016 une société laitière à Jendouba, en tant que développeur puis responsable informatique et s’y découvre très vite une passion pour le secteur agricole et plus particulièrement l’élevage bovin. La graine de l’entrepreneuriat est semée, et Hayfa décide de lancer son propre projet en 2017, un élevage laitier intelligent.

« Je me suis dit « pourquoi pas ». Avec mes compétences en informatique, je peux également apporter une dose d’innovation au secteur. Mon idée de projet est partie de là. » 

Hayfa a été soutenue dès le début par ses parents qui lui offre le domaine familial pour y implanter sa ferme.

« Partant du simple constat que l’élevage en Tunisie est une activité qui peine à être durable et prospère. J’ai donc mis à bien mes compétences en ingénierie informatique pour développer une application qui réaliser le monitoring du bétail en temps et en heure. A travers cette application, je peux de chez moi, évaluer les besoins alimentaires ou sanitaires de mon bétail, identifier les périodes de chaleur des vaches, contrôler leurs états de santé, simplement en quelques clics. »

Hayfa réalise d’abord une formation dans l’élevage bovin au centre 4C de Thibar, en 2018. Alliant théorie et pratique, elle apprend au fur et à mesure les techniques du métier. En avril 2018, Hayfa a l’opportunité de participer à un concours pour jeunes entrepreneurs organisée par l’organisation à but non lucratif enpact et la GIZ et en partenariat avec le projet Mashrou3i.

« A ma grande surprise, j’ai été qualifiée pour la finale qui s’est tenu à Bizerte, et j’ai été choisie parmi les vainqueurs remportant un mentoring du programme. C’est également à travers ce concours que je suis entrée en contact avec les experts du projet Mashrou3i. »

Hayfa est intégrée au programme à la fin de l’année 2018 pour bénéficier d’une année d’accompagnement et d’assistance technique dans la création de son entreprise.

« Entre 2016 et aujourd’hui, mon idée de projet a beaucoup évolué. Grâce à des programmes tels que Mashrou3i, j’ai pu la développé et l’amélioré pour faire de mon projet aujourd’hui une entreprise florissante. »

Le projet Mashrou3i l’aide à concevoir sa charte graphique, l’assiste en marketing et ventes, et l’accompagne également à travers un coaching d’affaires approfondi qui lui permet de réévaluer son schéma de financement.

« J’étais bloquée durant un an car j’attendais de recevoir certaines subventions. Rien n’était clair, et l’accès à l’information est très faible dans notre région. L’expert en financement durant la formation réalisée auprès de Mashrou3i m’a aidé à mieux comprendre l’état actuel des subventions offertes et m’a guidé afin de débloquer ma situation. »

Aujourd’hui, avec sa ferme laitière Lait Espoir, Hayfa est à la tête de 8 génisses qu’elle a acquis pour un investissement de 110 milles dinars, dont 80 milles uniquement pour les génisses. Avec l’appui inconditionnel de ses parents, elle prépare actuellement l’extension de sa ferme qui inclura l’acquisition de 10 nouvelles génisses, la mise en exploitation du paddock avec l’ajout de logettes couvertes et isolées pour le bien-être des vaches. « Sur le long terme, je vise à gérer un bétail de 30 génisses. »

Hayfa a récemment été invitée à participer au Leaders Summit organisé par l’Organisation des Nations Unies, pour parler des défis auxquels les entrepreneurs tunisiens ont été confrontés durant la crise liée au COVID-19, et comment, grâce à la transformation numérique, elle entrevoit un avenir meilleur pour l’écosystème.

« La crise liée au COVID-19 a accéléré la transformation numérique et prouvé la nécessité de  nouvelles solutions numériques. Mon conseil aux jeunes serait de suivre sa passion, d’exploiter ces opportunités numériques, de s’appuyer sur des projets comme Mashrou3i pour développer ses compétences, et toujours apprendre ».