Mashrou3i

News

Cette jeune entrepreneure aide à la promotion du patrimoine culturel de l’île de Djerba

août 3, 2020

Serial entrepreneure, Samira Ali a toujours été portée par l’amour de son île et la sauvegarde de ses activités ancestrales. En juillet 2019, elle lance à Dar El Makhzen, une localité réputée pour ses habitations troglodytes, « Houch Yamma », un espace de loisir destiné au tourisme familial local et étranger.

Après avoir obtenu une licence en commerce international, elle commence un long parcours dans l’entrepreneuriat, où elle forge pas à pas, les différents maillons qui la conduiront à la réalisation de la maison de ses rêves « Houch Yamma ». Une première expérience avec un bureau d’études comptables lui permet de plonger dans le domaine de la gestion qu’elle quitte rapidement pour suivre ses passions. Une formation en peinture lui permet également de fabriquer et vendre des tableaux et autres objets de décoration. Puis grâce à une seconde formation en couture stylisme-modélisme, elle apprend à concevoir et vendre les habits traditionnels typiques de sa région.

« Je souhaitais ouvrir un espace où je pourrais recevoir des visiteurs dans la tradition djerbienne et offrir aux clients de passage les produits typiques de notre patrimoine. »

En 2017, Samira découvre le projet Mashrou3i à travers les réseaux sociaux et ses activités associatives. Elle intègre le programme de formation HP LIFE e-Learning qui lui permet de perfectionner son business model, de concevoir clairement les différentes activités de son projet et surtout d’améliorer ses compétences managériales.

En 2018, « Houch Yamma » retient l’attention du Jury de Souk Ettanmia et décroche le prix national de la meilleure idée de projet. Cette consécration lui donne l’appui financier et l’élan nécessaire pour développer son « houch » telle qu’elle l’a rêvé. Les groupes de touristes, sont généralement accueillis à l’entrée au son de la tabla et la zoukra par un groupe de musiciens, ils s’installent par la suite dans l’une des deux tentes extérieures pour se reposer et suivre de loin la cuisson traditionnelle du pain et d’autres mets. Les  différents ateliers prévus par la maison pour les enfants au choix, tissage traditionnel, marionnettes, peinture sur tout support et bricolage font la joie des parents.

Avec 10 emplois permanents, « Houch Yamma », offre à ses visiteurs des services d’animation et de restauration traditionnelle qui puisent dans le vécu et la gastronomie typiquement djerbienne. Malgré quatre mois de fermeture dus à la crise du Coronavirus, Samira prépare actuellement la reprise de son activité.  Elle prend toutes les précautions nécessaires quand aux mesures d’hygiène et de distanciation et travaille à 50% de sa capacité pour l’instant pour pouvoir les respecter.

« Au jour d’aujourd’hui » poursuit Samira, « la reprise du secteur touristique tarde à venir, et les charges fixes pèsent lourd sur le budget d’exploitation de mon activité. Je suis certes fière d’avoir intégré « Houch Yamma », dans les deux circuits touristiques de l’île. Mais pour l’instant comme la majorité des professionnels du secteur touristique je me concentre sur le client local. Pour cela il faut redoubler d’ingéniosité et développer de nouveaux services qui répondent mieux à leurs besoins. Nous pensons bientôt offrir à nos clients des tentes traditionnelles sur les plages avec une desserte petit déjeuner et déjeuner au besoin avec des repas traditionnels. Nous sommes très optimistes et à leur écoute pour un avenir meilleur… »